Déjà plus de 15 jours que je n'ai pas eu l'occasion d'écrire quelques lignes....désolée pour mes "fans", mais rassurez-vous, ce blog n'est pas mort... Quoiqu'il est vrai que ce beau temps qui arrive (enfin!) sur notre région n'incite pas à se mettre face à l'écran...

Disons plutôt que je n'ai pas dé-coléré (ceux qui me connaissent diront "tiens, il y avait longtemps", vu qu'il parait que je suis une incorrigible râleuse). Deux hospitalisations en un mois, certes, rien de grâve (du moins au stade où les choses ont été prises, car si j'avais attendu plus longtemps...). Mais je suis en colère contre les médecins qui n'ont pas écouté ma douleur depuis des années. Ça a commencé par une anémie, décelée au bout d'un an (et moi qui pensais que je devenais dépressive à cause du boulot !), et dans la foulée, ces douleurs qu'on n'a pas voulu écouter, puisqu'après tout "c'est votre nature" (c'est ce qu'on m'a dit).

Je finissais par me dire que j'étais une grosse hypocondriaque. Et puis heureusement, le 4ème médecin fut le "bon", écoutant enfin ma souffrance (chaque fois qu'il rentrait dans ma chambre il me disait "c'est vous qui souffriez beaucoup ?"). Mon moral est reparti à la hausse.

Si j'avais écouté les premiers médecins, j'aurais pu toujours attendre de laisser faire la nature... En fait, je n'aurais jamais pu avoir d'enfant sans le docteur R., qui est donc intervenu à deux reprises sur mon corps, me disant que les choses "étaient assez sérieuses, mais maintenant tout va bien".

Maintenant, le chemin est encore long. Il va me falloir passer par une fécondation in-vitro (et oui, parce que même là la nature ne m'a pas fait de cadeau), que je ferais après avoir déménagé (parce que bien sûr si on avait pris en compte ma douleur il y a un an, je serais peut-être déjà enceinte et je n'aurais pas eu 3 gynéco différents en un an).

"Lève toi c'est décidé
Laisse-moi te remplacer
Je vais prendre ta douleur....

....Mais c'est qui cette incrustée
Cet orage avant l'été
Sale chipie de petite soeur ?"

Ta douleur - Camille